Nexity ça suffit !

Sous une averse neigeuse, de nombreux Dammartinois ont répondu présent à l’invitation de l’association Vivre Dammartin, pour la sauvegarde des espaces boisés de Dammartin.

Malgré ce temps hivernal, nous avons reboisé symboliquement les parcelles détruites par l’aménageur Nexity. Cette action a permis aux enfants et aux parents de planter plus de 40 sapins de Noël, fabriqués par les membres de l’association.

Lors de ce moment convivial, avec café chaud et viennoiseries, nous avons échangé avec les Dammartinois sur les problèmes d’urbanisation que rencontre notre ville en continu, depuis la création de la ZAC imposée par l’équipe Papin-Jabut en 2005. La banderole «Nexity ça suffit, des arbres pas du béton » affirme notre détermination et celle du collectif à mettre fin à ce projet écocide.

Plus de 1200 pétitionnaires sur www.vivredammartin.fr ont exprimé leur inquiétude face à l’urbanisation chaotique de Dammartin.

La destruction de ces bois ne répond pas à l’urgence climatique d’aujourd’hui et aux attentes des Dammartinois en terme de qualité de vie, de respect de la biodiversité.

Elle pourrait laisser place à des conséquences indésirables tels que des ruissellements liés à l’artificialisation des sols et des glissements de terrain potentiels liés à la géologie du sol.

Ce bois n’est pas comme le dit l’ancien maire, « un ancien verger qui a été laissé à l’abandon et a été envahi par la végétation », mais une zone définie comme paysage naturel protégé dans le Plan local d’urbanisme de 2003.

Monsieur le maire, est-il cohérent de laisser détruire ces deux hectares de bois, alors que nous avions en 2014 empêché Bouygues de construire 33 logements dans la Corbie ?

Soutenez nos actions et adhérez à notre association.

Nexity ça suffit !

Touche pas à mon bois #3

Dites Non à la destruction du bois !
Dimanche 1er Décembre, venez manifester votre intérêt pour le bois du petit puits, en apportant pancartes et banderoles.
Nous allons reboiser symboliquement les parcelles déjà détruites par Nexity.
Rendez-vous à 10h30 devant l’école du petit prince, enfants bienvenus, bottes en caoutchouc et gants toujours de rigueur. Décorations pour accrocher sur les arbres sont également les bienvenues.
Continuez de signer la pétition …

Touche pas à mon bois #2

Dammartin le 17 novembre 2019

Par cette belle matinée ensoleillée d’automne, l’association Vivre Dammartin a organisé ce matin une manifestation pour la sauvegarde du bois du petit puits.
Environ 80 personnes se sont rendues sur place pour exprimer leur mécontentement face au projet de destruction de 2 hectares de bois que le PLU de 2003 qualifiait de Paysage naturel protégé.

Un soutien au collectif
Des arbres pas du béton

Rejoins par le collectif « Des arbres pas du béton » constitué de riverains directement impactés par ce projet et de nombreux Dammartinois, nous avons arpenté le chemin du petit puits pour mesurer l’ampleur de la destruction prévue dans le cadre de la ZAC Nexity de la folle Emprince.
Nous nous sommes promenés jusqu’au parc de la Corbie pour découvrir la zone boisée (comprise entre la petite chapelle Saint Antoine de Padoue et la rue de Saint Ladre) qui était elle aussi promise à la destruction en 2014.

La destruction de la Corbie évitée en 2014

Ce projet immobilier de 33 logements, envisagé par la précédente municipalité dans le cadre de la ZAC Nexity, avait été stoppé en 2014 par la municipalité actuelle. Pourquoi le maire ne finirait-il pas son mandat en annulant ce dernier projet Nexity ?

Un atelier participatif sur l’urbanisme à Dammartin

Le retour s’est déroulé dans une ambiance agréable pendant lequel nous avons répondu aux nombreuses questions des Dammartinois. Après plus d’1h30 de promenade, une trentaine de personnes s’est retrouvée près de l’école du petit Prince pour une photo finale. Un atelier participatif sera prochainement organisé afin d’échanger et de comprendre l’urbanisme à Dammartin.

Dans quelques jours, lors du conseil municipal du 19 Novembre 2019, la question de l’abandon de ce projet sera abordée.

Afin de poursuivre notre action, une manifestation contre la destruction du bois du petit puits sera organisée très prochainement.

Continuez de soutenir notre action en vous abonnant à notre page Facebook et en adhérant à notre association.

Sauvons le bois du petit puits

Le déboisement a débuté samedi 9 novembre dès 6h30
jusqu’au moment de notre intervention

Le dernier lot de la ZAC de la folle Emprince se termine en apothéose, par la destruction de 2 hectares d’espace boisé.

Le projet de destruction a été validé et initié par les anciens maires Papin-Jabut. Monsieur Dutruge, le maire actuel, aurait pu envisager, dans le cadre d’une Zone d’Aménagement Concerté, de demander à Nexity de ne pas réaliser ces derniers îlots F et G de 36 logements.

Signez la pétition contre la destruction
du bois du petit puits

Projet actuel de Nexity (octobre 2014)

Nous mettons à votre disposition un document public, publié par l’aménageur Nexity, introuvable sur le site de la ville. Pour le consulter cliquez ici

Soutenez Vivre Dammartin
Adhérez à l’association

SCOT : Derniers jours

Bonjour,
Nous relayons un mail du collectif NON AU TERMINAL 4, à propos de l’enquête publique sur le SCOT de notre agglomération.
Pour rappel, nous sommes le seul groupe au conseil municipal à avoir voté contre le SCOT proposé par la CARPF (Communauté d’agglomération Roissy Pays de France).
Ce document d’urbanisme laisserait 40 nouveaux hectares à l’urbanisation, ce qui bétonnerait définitivement notre commune.

Vous avez jusqu’au 26 octobre pour laisser vos remarques sur le site https://www.registredemat.fr/scot-roissypaysdefrance 

ON A BESOIN DE VOUS !

Bonjour à toutes et à tous,

42 communes du Val d’Oise et de la Seine et Marne situées sur le territoire de la plateforme aéroportuaire et à ses abords, réunies au sein de la communauté d’agglomération Roissy Plaine de France, élaborent actuellement leur schéma de cohérence territorial (SCOT).

Ce document de planification qui permet de définir la stratégie d’aménagement d’un territoire à l’horizon 20 ans, propose un développement organisé autour du redéploiement de Roissy CDG avec le projet de Terminal 4, générateur d’importantes nuisances supplémentaires à celles que nous subissons déjà.

L’enquête publique (préalable à l’approbation et l’entrée en vigueur du SCOT ) est en cours et nous donne la possibilité d’exprimer toutes nos réserves sur ce projet en cliquant sur le lien suivant jusque samedi 26 octobre midi : https://www.registredemat.fr/scot-roissypaysdefrance 

ll est donc essentiel d’y répondre et de s’y opposer directement en cliquant sur: https://www.registredemat.fr/scot-roissypaysdefrance/deposez-votre-observation-en-ligne

Il s’agit d’un document important à la fois politiquement, puisqu’il acte le projet de T4, et au niveau opérationnel, puisque les plans locaux d’urbanisme, les opérations foncières et d’aménagement devront être compatibles avec lui.

Afin de vous faciliter la tâche, nous vous adressons des blocs d’arguments (ci-dessous en bleu) que vous pourrez copier-coller. N’hésitez pas à les personnaliser (pour éviter l’impression « robot ») et à les faire tourner aussi autour de vous pour démultiplier les remarques auprès du commissaire enquêteur.

1. Avec l’objectif de «consolidation du moteur économique du Grand Roissy autour de l’écosystème aéroportuaire», présenté comme «un formidable levier de développement économique», le SCOT de Roissy Plaine de France soutient le développement d’un modèle économique actuel, largement émetteur de GES, et ne répond pas à la définition du SCOT donnée par le Ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Locales à savoir « un outil permettant d’établir un projet de territoire qui anticipe les conséquences du dérèglement climatique et les transitions écologiques, énergétique, démographique, numérique…»

2. Le projet du terminal T4, tel qu’il est annoncé dans le SCOT, et destiné à définir les objectifs de développement, n’est pas suffisamment détaillé, surtout en termes de nuisances, qu’elles soient sonores ou environnementales.
D’autre part, ce projet ne figure pas dans le document d’orientation et d’objectifs (DOO), tel que cela devrait être le cas, conformément à l’article L141-20 du code de l’urbanisme.

3. Les nuisances de l’aéroport, actuelles et futures, ne sont pas suffisamment détaillées, notamment leur impact sur la santé et l’environnement pourtant et sont souvent minorées
ex : faible pondération de la notation utilisée pour évaluer les nuisances aéroportuaires dans le tableau d’analyse qualitative du PADD 
ex : le SCOT indique que « les nuisances et pollutions induites par le développement du hub aéroportuaire présentent des risques non négligeables pour la santé humaine » (p.351 du rapport de présentation), sans que ces risques soient jamais détaillés ou qu’une étude sanitaire soit annexée ce qui fragilise fortement la justification du choix de redéploiement de l’aéroport

4. Les objectifs d’accueil de nouveaux habitants et salariés sont élevés au regard de la population actuelle de 345 000 habitants (1 700 logements neufs annuels, soit +100 000 habitants à l’horizon 2040 et 100 000 salariés supplémentaires annoncés à l’horizon 2030). Comment ces objectifs, qui répondent aux exigences du schéma régional de l’habitat et de l’hébergement, sont-ils compatibles avec les nuisances actuelles et a fortiori futures de l’aéroport et « les risques non négligeables pour la santé humaine » indiqués en p. 351 du SCOT ?
Le développement de nouveaux programmes de logement est uniquement corrélé à la desserte par des transports en commun. 

5. Les prescriptions énoncées par le SCOT, trop générales, ne permettent pas d’apporter des réponses satisfaisantes pour résorber ou limiter l’impact sanitaire des nuisances générées par l’aéroport, et plus globalement pour protéger l’environnement.
La compatibilité entre l’augmentation du trafic aérien et la protection de l’air ou des ressources en eau (protection des cours d’eau et fonds de vallée, des zones de captage…) n’est pas explicitée, ni déclinée en propositions d’actions. 
De même, comment l’objectif de valorisation des circuits courts, de l’agriculture urbaine et de l’agriculture biologique développés par le SCOT est-il compatible avec la pollution de l’air généré par le hub aéroportuaire ainsi que le trafic routier induit, jamais quantifié lui non plus ?
On peut également s’interroger sur la crédibilité des objectifs de maintien et de valorisation des trames vertes et bleues (de leur continuité et de leur biodiversité) avec l’agrandissement de l’aéroport et le passage du nombre de vols quotidiens de 1200 à 1800 pour la seule circulation aérienne (qui induit aussi une circulation automobile supplémentaire importante puisque 40 M de passagers supplémentaires/an sont prévus). 
Enfin, le code de l’urbanisme prévoit la possibilité pour le SCOT d’imposer préalablement à toute ouverture à l’urbanisation d’un secteur nouveau la réalisation d’une évaluation environnementale mais le SCOT de Roissy n’utilise jamais cette possibilité en dépit de la spécificité du contexte. 

6. alors que le SCOT énonce la dimension environnementale comme un axe fort du projet, la nouvelle offre de formation annoncée est exclusivement tournée vers l’aéroportuaire. 

7. Plus globalement, l’impact environnemental du projet sur les territoires voisins (qui connaissent une forte densification et accueillent des espaces naturels importants à l’échelle régionale) n’est pas considéré, alors même que l’article L 101-1 du code de l’urbanisme dispose que « le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Les collectivités publiques en sont les gestionnaires et les garantes dans le cadre de leurs compétences.

Un petit bois disparaît.

Alors que le groupe d’opposition Vivre Dammartin votait le 25 septembre 2019 contre la cession des parcelles de l’avenue du chemin de St Ladre, face au parc de la Corbie, le bulldozer de Nexity attendait le feu vert du conseil municipal pour déboiser plus de 1 200 m².

Sans concertation, sans information sur le projet, nous avons décidé de voter contre la création de places de parking sur un espace boisé, trop éloigné du centre-ville.

Voter contre la création d’un parking à Dammartin peut paraître incohérent, alors que le centre-ville manque de places de stationnement.

C’est pour cette raison que nous avons demandé au maire des informations sur ce projet. Rien ne figurait dans les documents préparatoires adressés aux conseillers municipaux, rien sur la quantité d’espaces boisés détruit, rien sur le nombre de places réalisées, rien sur les aménagements nécessaires dans une zone aux problématiques de ruissellement connues des habitants du chemin des corbeaux et de la rue Eugène Hémard.

Aucune information n’a été apporté par le maire, ni par le maire-adjoint à l’urbanisme, toujours absent. En réponse à nos questions, le maire a expliqué que le projet faisait partie de la ZAC et était réalisé par Nexity. Doit-on en conclure que ce projet de parking est réalisé sans concertation avec la municipalité ?
Si ce parking est dans la lignée des derniers parkings réalisés à Ganneval et à la « Villa de Gesvres », alors le revêtement ne sera pas drainant et amplifiera les problèmes d’inondations lors des fortes pluies.

Nous ne sommes évidemment pas contre la création de places de parking mais pas n’importe où et pas à n’importe quel prix.

Pourquoi Nexity ne finance-t-il pas l’agrandissement de l’école du Petit Prince, lui aussi compris dans la ZAC à la place de ce projet inutile ?

Malgré nos interrogations sur ce projet l’équipe municipale et celle de l’ancien maire par intérim ont voté pour la destruction de ces parcelles boisées.

Nous avons toujours voulu respecter nos engagements de campagne qui consistaient à maîtriser l’urbanisation de notre ville et à conserver un cadre de vie de qualité pour les Dammartinois.

Sylvain Messiaen et Pierre Bennet, pour le groupe « Vivre Dammartin ».

Opération nettoyons la nature 2019 au collège de l’Europe !

Aujourd’hui les élèves de 6e du collège de l’Europe ont participé comme les années précédentes à l’opération nettoyons la nature. Ce geste écocitoyen permet d’agir concrètement pour la préservation de l’environnement tout en sensibilisant le plus largement possible le grand public aux problématiques des déchets.
Merci à tous les jeunes et à leurs professeurs pour leurs implications.

Adhésion

Vous souhaitez adhérer à l’association Vivre Dammartin ?
Téléchargez le bulletin d’adhésion et envoyez-le par mail.

Merci pour votre engagement.

Encore un nouveau projet immobilier en centre ville !

Quel est ce nouveau promoteur ?
C’est Alila, promoteur du programme immobilier « Préférence » de la rue des Oulches.

Etonnant non ?

Dans un communiqué de presse d’ALILA du 12 décembre 2018,
Michel Dutruge, Maire de Dammartin-en-Goële déclarait :

« Ce projet de résidence offrira une magnifique vue sur le sud de la commune. Cette première collaboration avec les équipes d’ALILA a été très efficace et l’ensemble s’inscrit harmonieusement dans la commune. J’espère que cette opération sera le début d’une longue collaboration entre notre commune et le groupe ALILA ».
http://alila.fr/a-dammartin-en-goele-alila-pose-la-premiere-pierre-des-44-futurs-logements-de-la-residence-preference/

Le maire et son équipe souhaitent-ils réellement stopper les constructions sur Dammartin ? Nous pouvons en douter devant de tels propos.

Encore une fois, ce projet de nouveaux logements surcharge la démographie de notre village sans tenir compte de ses infrastructures.

La volonté de « Vivre Dammartin » est de respecter l’urbanisation de Dammartin-en-Goële.

L’équipe « Vivre Dammartin » est consternée devant ce nouveau projet qui une fois de plus ne répond pas aux engagements de début de mandat du maire.

Rejoignez-nous, pour que votre Dammartin-en-Goële, ville martyrisée, puisse à nouveau redevenir une ville où il fera bon vivre.

Voici les photos de ce projet.

Nexity, le retour

Lors du conseil municipal du 22 mai 2019, monsieur le maire a répondu à notre question à propos du projet des 106 logements de la ruelle du Buat du promoteur Nexity. Il nous informait qu’il avait refusé le permis de construire, ce qui nous a laissé penser qu’il avait entendu l’opposition massive des dammartinois.

En fait, ce refus est la simple mise en application des avis défavorables de la CARPF et du SIGIDURS, comme vous pouvez le lire dans l’arrêté.

Depuis Nexity a déposé un nouveau permis de construire intégrant les éléments de refus.

Quelle sera la position de notre maire sur ce nouveau permis de construire de Nexity ?

Nous serons attentif à l’évolution de ce dossier.

Arrêté du 17 mai 2019, signé par le maire

Plan du projet de la ruelle du Buat I
Plan du projet de la ruelle du Buat (suite)